mardi 2 juillet 2019

Olivier Chapuis, le cyclisme tous azimuts, l'homophobie en embuscade

ob_bc72da_les-chaussettes-en-titane-chapuis
Olivier Chapuis – La tête dans le guidon, mais pas seulement: tel est l'état d'esprit de Frédéric Baumgartner, un cycliste d'élite qui pourrait, qui sait, remporter le Tour de France. À quoi cela tient-il? L'écrivain vaudois Olivier Chapuis explore avec le micro-roman "Les Chaussettes en titane" les multiples interférences qui, au niveau suprême, font qu'une compétition se gagne ou se perd.


Cela, avec l'homophobie en leitmotiv majeur: tel cycliste homme est attiré par les hommes mais peine à l'assumer, et les étapes du Tour sont jalonnées de manifestations qui profitent de la visibilité offerte par une compétition de prestige. Sont-elles pertinentes, ces manifs? La question est posée, les arguments sont donnés de part et d'autre, et l'auteur a la sagesse de ne pas trancher. Cela dit, ce leitmotiv est aussi porteur d'une tension croissante, jusqu'à la mort d'un cycliste, survenue dans un chaos auquel les agitateurs d'extrême-droite ne sont pas étrangers.

"Les Chaussettes en titane" est court et dense! Face au leitmotiv de l'homophobie, thème d'ailleurs récurrent dès qu'on parle de sport (en particulier au masculin), l'auteur installe la question de la conciliation entre vie de famille et vie professionnelle, selon l'angle atypique du sport de compétition: ne pas voir ses enfants quand on le veut, ne pas faire l'amour car cela pourrait nuire aux performances à un niveau qui ne pardonne rien – malgré l'envie, de part et d'autre. Et d'un autre côté, la famille qui suit et soutient l'athlète, sur certaines étapes et jusqu'aux Champs-Elysées...

Narré à la première personne, "Les Chaussettes en titane" met littéralement le lecteur dans la peau de Frédéric Baumgartner. Les chapitres sont courts, comme le livre, et par conséquent, la lecture file comme un cycliste sur le bitume d'une compétition sur route. Le début du premier chapitre du livre, en particulier, s'avère remarquable: concentrant tout ce qu'éprouve un sportif juché sur sa petite reine, en une écriture qui a tout du gros plan, il installe littéralement le lecteur sur la selle et le fait pédaler à fond. Sueur, poussière, tracés inhumains, tout y est.

Au fil des pages, il sera question de dopage aussi, bien sûr, et de tactique, de camaraderie par-delà les frontières (le choix des noms des cyclistes concurrents et coéquipiers est révélateur), de nuits courtes et de corps sollicités jusqu'à leurs limites. Telle est la servitude et la grandeur du cyclisme! Alors que le Tour de France débute samedi 6 juillet (c'est demain!), il vaut la peine de se mettre dans la roue de Frédéric Baumgartner, l'espace fulgurant d'une cinquantaine de pages qui ne reculent pas devant certains termes du jargon cycliste (à commencer par le titre – qu'on voudrait opposer au mental d'acier, à chaque concept son métal), pour se mettre intensivement dans l'ambiance.

Olivier Chapuis, Les Chaussettes en titane, Lausanne, BSN Press, 2019.



Le site des éditions BSN Press.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!