dimanche 10 septembre 2017

Dimanche poétique 318: François Pétrarque

Idée de Celsmoon.

CCCLIII

Vagant oiseau qui vas chantant
Oui plutôt pleures le temps passé,
Quand tu vois la ténébreuse et l'hiver s'approcher
Dans le déclin du jour et de l'allègre été,

Si tu savais autant que les tourments
Qui t'étouffent la peine qui m'angoisse,
Tu viendrais au giron de cet inconsolé
Soutenir avec lui vos douloureuses plaintes.

Je doute si nous aurions même part
Car celle dont tu pleures, il se peut qu'elle vive,
Alors qu'à moi la mort et le ciel m'ont tout pris.

Mais l'heure et la saison chagrines
Et le ressouvenir des ans doux et amers
A parler avec toi en compassion m'inclinent.

François Pétrarque (1304-1374), La vertu et la grâce, Paris, La Différence/Orphée, 1990. Traduction de l'italien par André Ughetto et Christian Guilleau.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!