vendredi 24 novembre 2017

Des poèmes ciselés comme des flocons de neige

418gsq10u5L._SX321_BO1,204,203,200_
Monique Saint-Julia – Un peu de poésie, et de saison qui plus est... à chaque page du recueil "Un toucher de neige" de Monique Saint-Julia, quelques flocons paraissent tomber du ciel, blancs sur les couleurs de la Terre. La poétesse est également peintre; c'est donc elle qui a signé les illustrations de ce petit recueil, préfacé par Jacques Tornay et salué par Yves Bonnefoy.


L'auteure écrit volontiers court: ses poèmes ne font pas plus de sept ou huit vers plutôt brefs, leur donnant pour ainsi dire la petitesse d'un flocon de neige, et aussi son apparente légèreté. Mais la densité de ce qu'ils recèlent, créant à chaque fois un petit univers, reflète aussi la beauté ciselée des cristaux de neige, jamais pareils.

Les mots choisis sont simples, les ponctuations dans les vers sont rares. Il en résulte pour le lecteur le plaisir d'une lecture fluide, aérienne comme un flocon de neige qui volette dans le vent ou qu'on laisse fondre. Et sous cette neige omniprésente, apparaît par touches un paysage, un merle, un milan, des arbres, ou alors des enfants. A la poétesse, il suffit de quelques mots, d'une image bien choisie et bien vue, pour décrire une situation, un monde.

Courts comme des flashes fugitifs, les poèmes laissent parfois la place à des proses poétiques. Bonne idée dans l'optique de l'agencement du recueil! Le lecteur s'y arrête plus longtemps peut-être, le temps d'une méditation plus travaillée, plus lente aussi, ces proses poétiques peuvent aussi être, pour la poétesse, le lieu des souvenirs.

La neige, puis le dégel: le recueil "Un toucher de neige" a la finesse délicate des flocons et l'aimable rondeur des lieux que recouvre un manteau de neige. Voilà donc un beau moment de poésie à savourer durant une longue soirée d'hiver!

Monique Saint-Julia, Un toucher de neige, Vevey, L'Aire, 2017.

Egalement lu par Francis Richard.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!