samedi 22 août 2020

Cartographier la Chine, un défi moral

Mon image

Benoît Virole – Qu'est-ce qui peut amener un professeur d'hydrographie à refuser un prix de l'Académie des Sciences en 1925? Tel est l'enjeu de "Mission sur le Yang-tse", deuxième roman de Benoît Virole, psychanalyste et essayiste de plus en plus dévolu à la littérature. 

L'écriture est sage, juste et sobre, ramassée même. C'est celle d'un homme qui se confesse au travers d'une longue lettre fictive adressée à l'Académie des Sciences, retraçant une expédition du côté des régions chinoises que la France a colonisées. Les traits sont rapides pour décrire les groupes en présence: les Boxers, mais aussi l'ethnie des Lolos, et bien entendu les Français, désireux de se frayer un chemin dans un monde hostile et pétri de tensions.

Faut-il jouer le jeu de l'état français colonialiste, certes déjà controversé au début du vingtième siècle, et à quel prix moral? "Mission sur le Yang-tse" pose cette question, en prenant l'exemple de la Chine. Le narrateur observe des horreurs et des actes cruels, et se retrouve même, c'est le sommet de ce roman, amené à en commettre. Cela lui paraît un prix fort lourd à payer pour une mission dont l'objectif est de cartographier le fleuve Yang-tse. 

Cette mission est effectuée par un civil au contact de militaires, et l'auteur dessine aussi les relations entre des personnages aux cultures diverses, pour ne pas dire divergentes – on pense au lieutenant de vaisseau Guyomard, homme de caractère, auquel le scientifique se trouve subordonné dans une logique où la hiérarchie a toute sa force. 

Il y aura une panne de canonnière, de l'hostilité réelle ou supposée. Il y aura aussi, au terme de "Mission sur le Yang-tse", un rejet d'une Chine dont, pourtant, le narrateur avait envie en début de roman. Armée, politique, rapport avec les missions religieuses: dans ce schéma complexe d'intérêts, le narrateur ne trouve pas sa place dans l'action de la France dans le monde au début du vingtième siècle. C'est ce destin que l'auteur met en scène, explorant précisément l'envers de l'histoire des explorations géographiques françaises en Chine.

Benoît Virole, Mission sur le Yang-tse, Paris, La Différence, 2013.

Le site de Benoît Virole, celui des éditions de La Différence.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!