dimanche 11 octobre 2020

Dimanche poétique 466: Louise Glück


Les enfants noyés

Tu vois, ils n’ont pas de jugement.
Alors il est naturel qu’ils se noient,
d’abord la glace les prend
et puis, tout l’hiver, leurs écharpes de laine 
flottant derrière eux ils s’enfoncent 
jusqu’à se taire enfin.
Et la mare les soulève dans ses multiples bras noirs.

Louise Glück (1943- ), Descending Figure, dans Po&sie, n°34/1985, traduction par Linda Orr et Claude Mouchard.

1 commentaire:

  1. J'aime beaucoup ! Vraiment j'aime beaucoup ce concept de poster de beaux poèmes !

    RépondreSupprimer

Allez-y, lâchez-vous!