samedi 10 octobre 2020

Laurence Voïta et les aléas du gros lot

Mon image

Laurence Voïta – Qui aurait pu imaginer qu'un ticket de loterie gagnant peut tuer? L'écrivaine Laurence Voïta imagine une telle situation dans son dernier roman, un polar littéraire intitulé "... au point 1230". Tout commence sur une plage située dans le canton de Vaud. Le premier chapitre décrit les lieux, la morte, et donne d'emblée de premières informations par le biais d'un témoin.

L'enjeu de "... au point 1230" pèse en effet 3,5 millions de francs suisses, de quoi faire des envieux. Curieusement, Jacques, le gagnant, physiothérapeute de son état, n'en a pas très envie, et décide de se débarrasser de son ticket gagnant. Quelqu'un le retrouve, elle s'appelle Nathalie, et quelque temps plus tard, c'est elle qu'on retrouve morte. Elle est enseignante au lycée local, ce qui fait quelques remous. Qu'est-ce qui s'est passé?

Bien entendu, la police va s'en mêler, autour de Bruno, presque sexagénaire présenté comme un flic à l'ancienne qui se fie à son intuition mais sait gérer ses troupes quand il faut faire preuve d'autorité. L'auteure excelle d'ailleurs à dessiner la psychologie des inspecteurs, jeunes et moins jeunes, mis sur le coup. Elle les décrit longuement; mieux encore, elle les montre en action, en particulier lors d'une réunion où les répliques fusent de manière crédible, vers la fin du roman, lorsqu'on approche de la vérité. Avec tous ces policiers aux bagages variés, le lecteur s'excite, quand bien même ce ne sont pas des génies: juste des humains qui recherchent la vérité. 

Pour donner de l'épaisseur à ses personnages, la romancière va les montrer en action. Elle donne par exemple à voir le mutique Jacques renonçant à dire à sa famille qu'il a gagné le gros lot ou le couple composé de Nathalie et Greg, dont chacun des membres vit avec ses parts d'ombre dont l'autre semble s'accommoder – le lecteur, en revanche, en saura plus, ce qui fera peser un moment les soupçons sur le personnage de Greg: peu recommandable en apparence (mère alcoolique, père absent, passage en institution, résilience sui generis: les grands classiques!), est-il pour autant coupable? 

Quitte à impliquer de longs flash-back pour les uns et les autres, cette recherche d'épaisseur touche aussi les policiers. Certains seconds rôles fonctionnent sur un faisceau sommaire de traits de caractère, quitte à paraître agaçants même s'ils sonnent justes, à l'instar de Gérald, macho et ramenard. Le lecteur est amené à s'attacher en priorité à Bruno, ce chef d'équipe qui joue aux trains électriques avec sa petite-fille qui connaît tout du chemin de fer – il y a de la tendresse dans la description que la romancière fait de la relation entre Bruno et la petite Julie. Une "petite" Julie qui fait écho à d'autres personnages féminins vus par ledit Bruno comme "petites"...

... suggérant, et Bruno en est conscient, un certain paternalisme de sa part. C'est que discrètement, la romancière glisse quelques observations sur le regard que le monde porte sur les femmes, par exemple sur ce que signifie une paire de chaussures de sport roses – celles de Nathalie, qui reviennent comme un leitmotiv. Il y a aussi quelques hommes peu élégants ou trop sûrs d'eux dans ce roman. Nous avons parlé du cassant Gérald; mais il y aussi Paul Piguet, enseignant qui assume mal son statut de bellâtre passé de mode et a désormais des manières de porc (ce que son nom de famille peut suggérer, pour peu qu'on switche vers l'anglais...), mais dont plus d'une étudiante a été amoureuse il y a quelques lustres. A commencer par l'agente Sophie Costa, en première ligne pour l'enquête.

Il y a des ambiances dans "... au point 1230", mais aussi beaucoup de psychologie: au fil des pages, on sent que l'écrivaine prend plaisir à voir les âmes se frotter entre elles. Elle déroule une intrigue policière classique et bien ficelée pour aboutir à la vérité attendue – au terme d'un ultime retournement de situation qui, comme de bien entendu, sait parfaitement surprendre son lecteur, qui se souviendra que jouer au Loto n'est pas exempt de risques.

Laurence Voïta, ... au point 1230, Montreux, Les Editions Romann, 2020.

Lu par Francis RichardLaura MaxwellSangpages Valérie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!