lundi 20 novembre 2017

Secrets d'argent et secrets de famille à Vevey

51KQ4sMjcJL._SX389_BO1,204,203,200_
Giovanni Garro – C'est la vie d'un jeune homme nommé Giovanni Garro que l'écrivain Giovanni Garro, longtemps actif dans le domaine du droit et des banques avant de se consacrer à l'écriture, fait défiler dans "L'Argent noir".


Il s'agit là du premier roman de cet écrivain, du reste présenté comme tel. Comment le comprendre? Il est permis de penser que l'écrivain a utilisé sa propre vie pour en tirer "L'Argent noir", même si l'appellation de "roman" suggère que l'on est en présence d'une œuvre d'imagination. A moins, tout simplement, que toute recréation littéraire d'une vie, fût-elle autobiographique, ne se doive d'assumer sa part d'imaginaire. A ce titre, une telle démarche mérite à tous les coups le beau nom de roman.

De quoi s'agit-il, en effet? De façon chronologique, le lecteur suit la destinée de Giovanni Garro, fils d'une riche famille d'entrepreneurs de Vevey, décrite dans des détails qui font la part belle à l'introspection, quitte à laisser au lecteur l'impression de lire les vicissitudes d'un pauvre jeune homme riche et indécis. On le verra en effet tâter tour à tour du chant, du droit, des lettres, avant d'achever son brevet d'avocat et d'obtenir de brillants emplois dans les secteurs public et privé.

Voilà pour la face visible... Premier élément secret, intime même, le narrateur se découvre homosexuel. Dès lors, cet élément intègre la biographie relatée, tendue entre la manière quasi naturelle de vivre cette attirance dès lors que Giovanni se trouve avec des amis compréhensifs, alors qu'il lui est très difficile d'en parler à sa famille, protestante et présentée comme assez sévère à certains points de vue. Là-dessus vient aussi se greffer une incapacité à se fixer, qui se traduit pour le lecteur par l'impression que le narrateur vit des aventures interchangeables.

La famille, justement... L'auteur installe autour de la famille Pasquier une ambiance de lourds secrets, associés notamment à une liaison que le grand-père de Giovanni entretient avec une amante, "une amie". Dès son enfance, Giovanni perçoit qu'il y a quelque chose, et c'est bien vu de la part de l'auteur, qui identifie la réponse que la mère ne veut pas donner à son fils comme le moment où celui-ci comprend qu'il y a quelque chose qu'il vaut mieux ne pas savoir. Giovanni a-t-il un frère ou une sœur caché? La question reste ouverte... et puis, il y a le divorce de ses parents, pas forcément bien accepté par une famille qui finira par bannir un narrateur décidément pas raccord.

Ces mystères familiaux, jalousement préservés dans un cadre où les apparences doivent rester sauves, font écho aux mystères de l'argent: mystère sur l'origine de la fortune d'un grand-père qui gâte son petit-fils à coup de billets de mille francs, mystère surtout sur la disparition d'importantes sommes d'argent, donnant à croire au grand-père qu'il est ruiné alors que selon toutes les apparences, ça ne va pas si mal même si la fortune s'érode. Cela, sans oublier le rôle trouble d'un comptable pourtant vu comme loyal. Et dans tout le roman, si les mots sont simples, les ambiances sont toujours marquées par ces pénibles secrets.

Sont-ce eux, au moins autant que la cocaïne et les psychotropes, qui finissent par miner l'intégrité mentale de Giovanni? Il est permis de le penser. Confirmée par la transcription de descriptions cliniques et l'évocation de consultations de psychiatres, la déliquescence du mental du narrateur est détaillée en pages parfois flamboyantes qui relatent les effets de décompensations psychotiques. Auparavant, tout commence par l'impression qu'a le narrateur, enfant, d'avoir un fil dans le dos, qui le retient à quelque chose et dans lequel il s'emberlificote – si imaginaire, si affabulé que soit ce fil. 

C'est un riche récit psychologique, un roman profond et oppressant que l'écrivain propose là! S'il emmène ses lecteurs à travers l'Europe, parfois, au gré de l'existence ballottée du narrateur, c'est essentiellement à Vevey que tout se passe. Dans le cœur et l'âme de... Giovanni Garro.

Giovanni Garro, L'Argent noir, Vevey, Hélice Hélas, 2017.


Le site de l'éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!