jeudi 9 avril 2020

Postures: l'écrivain, personnage nolens volens de son œuvre?

Mon image
Jérôme Meizoz – "Mises en scène modernes de l'auteur": voilà un sous-titre explicite au titre court et déjà suggestif de "Postures littéraires", essai du chercheur suisse Jérôme Meizoz sur la manière dont l'auteur se présente ou est présenté à ce monde vaste constitué de son lectorat, de ses pairs et de ceux qui entendent parler de lui. 


La réflexion est riche et dense: "Postures littéraires" est constitué de dix articles qui sont autant de chapitres, qui se tiennent par la main autour d'une poignée d'écrivains allant de Jean-Jacques Rousseau à Charles-Albert Cingria, avec un accent sur le contexte littéraire de la première moitié du vingtième siècle. 

Le sujet est vaste! Sa surface, c'est la mise en scène de l'auteur lui-même, qui peut même être mensongère, à l'exemple de Jean Echenoz, qui s'est présenté un jour comme ayant fait des études de contrebasse et de chimie – c'est faux, mais on le rappelle régulièrement. Jérôme Meizoz évoque aussi les figures médiatiques travaillées de gens comme Amélie Nothomb, Michel Houellebecq ou Frédéric Beigbeider. Mais le chercheur va plus loin. Note importante pour commencer: la notion de "posture" n'a rien de péjoratif ici.

Sculpter sa statue
Le chercheur fait une synthèse de tout ce que peut être cette posture dans un chapitre 2 qui adopte la forme originale d'un dialogue où le curieux interroge le chercheur. Il s'en dégage que l'œuvre est elle-même un élément de la posture littéraire de celui qui écrit, qu'il s'agisse de fiction (l'exemple de Stendhal, avec Rousseau en arrière-plan, pour une posture d'ascension sociale) ou de textes d'inspiration autobiographique: l'auteur est-il toujours sincère? 

Plus loin, en particulier lorsque l'auteur abordera Blaise Cendrars, il sera question de l'"Histoire de ma vie" de Casanova, que l'auteur de "Bourlinguer" révère – et qui, soit dit en passant, mériterait un chapitre en termes de posture, entre un auteur qui se donne un rôle et des éditeurs et traducteurs qui l'ont revue à leur manière, donnant longtemps de Casanova une image faussée.

Et puis – on n'y pense pas forcément – l'auteur indique au fil de ce dialogue que l'auteur n'est pas seul à sculpter sa statue. Il rappelle qu'un livre est une œuvre collective qui parle à beaucoup de gens. Autant que de l'auteur, elle est la création de l'éditeur, des relecteurs, des biographes, des acteurs susceptibles de subventionner la publication. On serait tenté d'ajouter qu'il y a aussi les équipes de recherche et de rédaction, pour des écrivains tels que Dan Brown ou Paul-Loup Sulitzer. Et enfin, il y a ceux qui lisent, ceux qui chroniquent ou critiquent l'œuvre, journalistes, chercheurs, blogueurs, façonnant le regard porté sur celle-ci – et impactant donc en aval la posture de l'écrivain, au travers du regard qui sera porté sur celle-ci. De tout cela, l'écrivain, ou l'inscripteur, n'est pas forcément maître.

L'auteur ou le texte
D'ailleurs, qui sont l'écrivain, l'inscripteur? Se fondant sur Dominique Maingueneau, le chercheur retient une triple articulation: il y a la personne, telle qu'elle se présente à l'état civil; il y a l'écrivain, auteur actif dans le champ littéraire public, éventuellement actif sous pseudonyme(s); et il y a l'inscripteur, énonciateur du texte – celui qui écrit, le "scénographe" qui fait agir les personnages et remue les sentiments au gré de la plume ou du clavier. On pense "auteur", d'ailleurs. Le chercheur admet le double sens du mot: soit simplement celui qui écrit et publie, soit, avec davantage d'ambition, celui qui a autorité à écrire et à publier. Qui accorde cette autorité? La question est là, elle a des éléments de réponse dans le livre, mais mériterait une nouvelle étude.

Les deux premiers chapitres de "Postures littéraires" se présentent comme un socle où s'expose la théorie, illustrée de façon allusive par des exemples qui seront, pour certains, développés plus loin: Céline, Rousseau, Stendhal, etc. A relever que l'auteur rappelle l'antagonisme entre deux approches du texte: l'une qui voit dans le texte le produit du vécu d'un écrivain et l'explique ainsi (Lanson, Sainte-Beuve), l'autre qui se focalise sur le texte seul, comme se suffisant à lui-même. Quelle pourrait être la troisième voie entre ces extrêmes? La notion de posture offre une piste...

Posture, style et authenticité
Les huit chapitres suivants s'attachent à illustrer ce socle théorique nourri. Charles-Ferdinand Ramuz apparaît comme un bon point de départ, évocateur d'emblée puisque le chercheur l'attrape en train de gommer les aspects de son ascendance qui ne cadrent pas. Il y a donc un écart entre ce que Ramuz donne à voir de lui et sa vie, écart voulu par un auteur qui cherche à recréer un parler de vignerons et de paysans et, à cet effet, tient à se rattacher à cette ascendance alors que ses parents se sont embourgeoisés. Mensonge pour paraître plus authentique? Le thème de l'authenticité amène l'éditeur de Ramuz, Henry Poulaille de chez Grasset à Paris – et Poulaille permet au chercheur de développer le rôle d'un tel acteur dans le façonnement d'une posture. Une authenticité qui interroge aussi la légitimité d'écrire quand on n'est pas bourgeois, qu'on écrit en plus d'une autre activité. Ce qui amène Louis-Ferdinand Céline, ce médecin qui écrit... 

... un Céline attendu après Ramuz, également parce que le talent de ce dernier a été reconnu par l'ermite de Meudon. Le chercheur montre l'évolution de la posture du personnage au fil du temps, porteur d'idées avant la Seconde guerre mondiale (antisémitisme parce que les juifs standardisent, et refus de la traduction pour la même raison), puis rejetant catégoriquement une telle démarche par la suite, au profit du seul style. Le chercheur convoque par ailleurs "Semmelweis", l'ouvrage que Céline a consacré au médecin hongrois incompris qui a compris l'importance de se laver les mains, et indique la tentation qu'a Céline de se positionner lui aussi comme un génie incompris. 

Cela va déboucher, dans la réflexion du chercheur, sur la figure de Blaise Cendrars, "pas très fort sur la grammaire" et qui l'assume: encore une posture, en opposition à celle des forts en thème qui écrivent juste mais sont éloignés de la vraie vie. A noter que le chercheur cite l'antisémitisme de Cendrars en le considérant comme un tabou; si nous en croyons Jean-Michel Olivier, il y reviendra dans un autre livre, "Saintes colères", sur un ton moins universitaire.

Cingria, le bouffon inclassable
Enfin, le chercheur n'hésite pas à aller chercher le personnage de Charles-Albert Cingria, présenté comme un "bouffon" – un qualificatif qu'il doit à André Gide. Cela, sur la base d'un compte rendu (genre second, mais non dépourvu d'intérêt) sur "Ma vie; histoire de la révolution russe" de Léon Trotski, que Cingria a donné à la NRF. S'ensuit une analyse serrée, admirable, qui indique que dans l'article lui-même, Cingria subvertit le genre en usant d'arguments non plus rationnels ou critiques, mais carrément poétiques. Le chercheur lui-même s'attache à souligner le caractère libre et inclassable de Cingria, traité de collabo en marge d'une cabale contre Jean Paulhan alors qu'il a été un soutien de la Résistance, de droite assumée mais admirateur d'Aragon, surréaliste dans l'âme. 

"Postures littéraires": ce sont dix articles judicieusement juxtaposés par le chercheur dans le souci d'illustrer la notion de posture et de dessiner, à partir de quelques auteurs judicieusement rapprochés, ce que peut être une "posture littéraire". Ce faisant, Jérôme Meizoz, chercheur à la croisée des chemins entre littérature et sociologie, replace l'écrivain dans la sphère publique, rappelle qu'il en est à la fois un produit et un acteur. Et ce faisant, il rappelle ce qui peut paraître évident: fût-il littéraire, un texte s'inscrit toujours dans son contexte.

Jérôme Meizoz, Postures littéraires, Genève, Slatkine, 2007.

Le site de Jérôme Meizoz, celui des éditions Slatkine.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Allez-y, lâchez-vous!